fbpx

Portrait de Solène : Sourire à la vie pour dépasser la maladie

Vivre tout ce que la vie me donne l’opportunité de vivre mais à 1000% 

La première chose que l’on retient chez Solène, c’est sa joie de vivre ! Une jeune maman solaire et pétillante, qui partage son quotidien sur Instagram (@sylleene) et Tiktok (@lecancerdemavie) avec beaucoup d’humour et d’amour ! Et pourtant, derrière son sourire et sa bonne humeur il y a avant toute chose : son histoire.

C’est en octobre 2020 qu’on lui diagnostique un cancer du sein triple négatif grade 3. L’annonce de la maladie, les effets secondaires, son rapport à la perruque et sa vision de la vie, Solène nous dévoile en tout intimité son parcours qu’elle traverse avec beaucoup de force et de courage.

Elle nous explique avec émotion que cette histoire, elle la connaît. Sa maman, qui n’est plus là aujourd’hui, a combattu à deux reprises un cancer du sein. Solène n’avait alors que 4 et 19 ans. Pourtant, malgré ces épreuves , elle continue à sourire à la vie avec une énergie débordante ! Comme elle le dit, le moral y fait pour beaucoup et elle peut compter sur le soutien de ses proches et notamment des hommes de sa vie : son père très présent, son conjoint « l’homme le plus attentionné » qu’elle connaisse et bien entendu son fils, sa plus grande fierté !

Aujourd’hui, elle veut suivre ses envies et être celle qu’elle a toujours eu envie d’être ! Elle change de look, passe de la perruque au turban, de brune à blonde avec une facilité déconcertante !

Témoigner pour aider la Kommunauté, partager pour « changer l’image de la maladie afin de montrer que l’on peut rire et en faire une force »… alors pour tout cela, on la remercie profondément. Bravo Solène pour la femme que vous êtes, une femme combative et exemplaire !

Qui êtes-vous en quelques mots ? Quel est votre combat ? Quand et comment avez-vous appris votre maladie ? Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Bonjour, je m’appelle Solène, j’ai 33 ans et je vis en Haute-Normandie avec mon fils de 13 ans et son papa. J’ai un cancer du sein triple négatif grade 3 découvert en octobre 2020.  Je suis au début de mes traitements, mais soulagée, j’ai terminé les 4 chimiothérapies les plus fortes et qui donnent le plus d’effets secondaires. J’ai commencé une nouvelle série de 12 séances depuis le 11 février dernier. Ces séances devraient être plus faciles à gérer…Nous verrons bien, un jour après l’autre… Il me restera ensuite l’opération puis la radiothérapie…

Comment s’est passé l’annonce de votre maladie à votre entourage ? Comment ont-ils réagi et comment vous ont-ils soutenu ?

Ma famille proche a été présente dès l’instant où les premiers soupçons se sont présentés. Je n’ai pas une grande famille, mon père avait déjà beaucoup souffert de l’accompagnement de ma mère pour ses deux cancers, je pense que ce n’est pas facile pour lui mais il est très présent.  Mon conjoint a ressenti une rage et une injustice. Il a longtemps cherché à trouver et battre cet ennemi invisible qui me faisait du mal. C’est l’homme le plus attentionné que je connaisse. L’annonce à mon fils s’est faite un mercredi midi à table, la conversation s’est présentée, il a pleuré, nous avons beaucoup parlé et aujourd’hui c’est un adolescent bienveillant, courageux et je suis très fière de lui. Dans mes amis, il y a ceux qui ont pleuré, ceux qui m’ont dit que je surmonterai car ils me savaient forte et qu’ils seront toujours là, il y en a qui sont moins présents qu’avant et d’autres qui le sont plus… 

Concernant les conséquences du traitement, quels ont été les effets secondaires ? Quels ont été vos besoins ?

Les traitements m’ont causé toutes sortes d’effets secondaires : alopécie, nausées, migraines, courbatures, sécheresse des muqueuses, fatigue, neutropénie…

Je n’ai pas eu de besoin particulier, les médicaments donnés en accompagnement de la chimiothérapie ont permis de me soulager et le moral y fait pour beaucoup. Je sais que c’est provisoire et surtout que c’est un mal pour un bien.

Le seul problème a été la chute des globules blancs et en particulier les neutrophiles affaiblissant le système immunitaire. Cela a causé l’infection de mon port à cath, après seulement 6 semaines et une hospitalisation d’une semaine.

Par quelles solutions avez-vous eu recours pour cacher votre chute de cheveux ? Plutôt team perruque, team turban ou team bald ?

La première solution et la plus rassurante vers laquelle je me suis dirigée est la perruque. Dans les premiers temps, malgré mon acceptation rapide de cette perte de cheveux soudaine (17 jours après la 1ère chimiothérapie) il m’a fallu quelque chose qui me permette de garder mon identité. J’ai toujours eu les cheveux longs depuis toute petite. 

Avec le temps, le turban et la couronne de cheveux en bandeau m’ont permis de jouer avec les styles et gagner du temps quand je n’en avais pas… 

Aujourd’hui, je peux porter la perruque, le maquillage et le lendemain rester bald avec zéro makeup parce que je m’accepte et que je veux suivre mes envies. 

Quel regard portez-vous sur les perruques?

Les perruques sont arrivées dans ma vie très jeune. A 4 ans, alors que ma maman combattait un cancer du sein, je peignais sa perruque sur la tête à coiffer dans sa chambre… j’aurai vu ma mère porter des perruques à 2 époques différentes, la dernière fut à mes 19 ans lors de son dernier combat, malheureusement elle n’est plus là aujourd’hui pour me conseiller… Elle aurait sûrement beaucoup à dire sur le sujet, elle les portait très bien. 

Lorsque je voyais une perruque avant je pensais à ma mère, aujourd’hui je me dis ce serait peut-être chouette sur moi. 

Quels sont vos trucs et astuces pour rester féminine ?

J’essaye de rester féminine au maximum, en comblant soit par le maquillage, les accessoires, et surtout en gardant le sourire. J’aime prendre soin de moi, changer de look et m’amuser en utilisant différentes perruques, couleurs ou chapeaux. J’ai d’ailleurs l’idée de tester le blond, pour rigoler ! 

Quelles sont les petites remarques ou attitudes qui peuvent vous agacer ?

Il y a beaucoup de phrases qui agacent lorsque nous sommes atteintes d’un cancer… pour n’en citer que quelques-unes « tes cheveux repousseront encore plus beaux », « tu es jeune, cela se soigne bien », « je connais untel, elle s ‘en est sortie alors pourquoi pas toi »… il y a parfois des personnes qui sont tellement négatives et centrées sur elles-mêmes, que c’est toi qui es obligée de les consoler…c’est juste incroyable, mais c’est vrai.

Est-ce que la maladie a changé votre vision de la vie ?

Je pense que le mot « changer » n’est pas encore assez fort pour qualifier le bouleversement qui s’est opéré en moi positivement. Je suis devenue celle que je me suis toujours interdite d’être de peur d’être jugée par les autres. Je n’avais aucune confiance en moi et je souffrais terriblement de ce mal être. Aujourd’hui, j’ai balayé, pulvérisé mes peurs pour ne laisser qu’une seule et unique place au bonheur. 

Je veux vivre, profiter, crier, danser !!!! Ma vision est toute simple, profiter de l’instant présent, que ce soit mon petit déjeuner du matin, écouter la pluie tomber, une partie de rigolade avec mon fils, vivre tout ce que la vie me donne l’opportunité de vivre mais à 1000%. 

Pour quelles raisons avez-vous décidé de vous dévoiler sur Instagram ? Quels messages souhaitez-vous faire passer ?

J’ai souhaité partager mon quotidien pour plusieurs raisons : le partage avec d’autres personnes atteintes du cancer, changer l’image de la maladie afin de montrer que l’on peut rire et en faire une force, aider d’autres personnes à mon tour.

Le message que je souhaite communiquer aux personnes qui me suivent sur tik tok et Instagram, c’est que l’on peut être malade tout en prenant soin de soi, que l’on peut aussi danser car il y a des jours où l’on va bien, et qu’il faut être vigilant et se faire dépister davantage.

L’image du cancer est faussée et influencée par les anciens traitements de nos parents et grands-parents. Les personnes gardent en elles beaucoup d’idées reçues et beaucoup sont étonnées de me voir m’agiter sur du Michael Jackson…heureusement pour nous, la médecine a évolué sur certains points. 

Les personnes qui tombent sur mes vidéos sur tik tok notamment ne sont pas des personnes qui vont nécessairement se tourner sur des articles sur le cancer mais elles vont prêter attention à mon histoire et aussi garder en elles le message qu’il faut profiter de chaque instant et prendre soin de soi. 

Découvrez là sur :

Si vous aussi vous ressentez le besoin d’en parler et si vous avez envie d’échanger, n’hésitez pas à nous contacter : info@clic-perruques.fr

2 comments

  1. Combien peux coûter une perruque faite sur mesure

    • Bonjour,
      Nous sommes distributeur et non fabricant. Nous ne faisons pas de sur mesure. Nous sommes cependant à votre disposition si vous souhaitez que l’on vous guide dans votre choix si toutefois un modèle de notre site pourrait vous plaire. A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.